Ainsi commence H&M…

Publié le



www.ccsf.fr-publications-Archives-Liens-32-img-BN1karllagerfeld.jpgwww.ccsf.fr/publications/Archives_Liens_32/img/BN1karllagerfeld


Stockholm, octobre 2003

Assise en face de son équipe, Margareta Van Den Bosch feuillette les résultats d’un sondage international commandé l’été dernier. La quarantaine imposante et soignée, la directrice artistique du groupe H&M n’inspire pas l’insouciance. Si Margareta émet peu de sons, ses silences sont éloquents. Il lui suffit d’un battement de cils pour se faire obéir. Elle a l’œil. Ses avis sont lapidaires et irrévocables.

Cette fois encore, la papesse du style H&M n’est pas surprise. Il était logique que le grand public désigne Karl Lagerfeld comme le couturier le plus connu au monde. « C’est le meilleur. D’ailleurs, tous les autres sont à la retraite. » L’auditoire attend son verdict.

Margareta se souvient avoir lu dans une interview que la mère de Karl était d’origine suédoise. Pas de doute. « C’est lui qui fera cette première collection.» Certaine d’avoir été entendue, elle se lève, clôture la réunion et retourne tranquillement à son travail. Il ne reste plus qu’à rencontrer monsieur Lagerfeld pour régler les détails de cette collaboration inédite entre le luxe et la production de masse.


(Merci Karl ! Arnaud Maillard - Editions Calmann-Levy)


images.businessweek.com--.-in-25-source-25.jpgimages.businessweek.com/.../in_25/source/25

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article